AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Bal Des Lumières ....{P.V Ryu }

Aller en bas 
AuteurMessage
Kururu
Pledge Queen

avatar

Nombre de messages : 6
Localisation : Là où me guide le vent....
Road : Ring Road
Team : None....

MessageSujet: Le Bal Des Lumières ....{P.V Ryu }   Sam 18 Avr - 8:02

Cela faisait longtemps, tant de jours passés sans lui , sans le voir ni même lui parler. Kururu avait l'impression qu'à chaque retrouvailles , la déchirure était plus grande lorsqu'ils devaient se séparer. Toute cette semaine, elle n'avait cessée de penser à lui, à ces rares moments en sa compagnie et à ces entraintes trop peu nombreuses. Par moment, elle aurait tout donnée pour être ailleurs , pour avoir une vie différente ; être dans la norme avec une mère aimante , un père présent; avoir une véritable famille.

Ce mot famille, il lui arrivait d'en perdre la signification, pourtant n'y avait-il pas famille aussi accueillante que celle des tuneurs; elle ne savait plus . Assise près de l'énorme fontaine qui trônait au milieu de la cour, elle baladait ses doigts dans l'eau fraîche, troublant son reflet à chaque remouds. La jeune fille sursauta lorsqu'elle entendit crisser les graviers qui se trouvait derrière elle,elle fixa d'abord l'ombre et finit par ce retourner. Immédiatement, son visage s'illumina, elle le reconnu toute de suite, il s'agissait du chauffeur de son père.

Pendant un court instant, une poignée de secondes, Kururu fut tenter de croire que son père était assis dans la voiture à l'attendre , qu'il serrait venu pour elle juste pour la revoir ou pour lui dire "bonjour"mais en réfléchissant bien, si c'était le cas, il serait venu la chercher en personne. La tuneuse se releva à une vitesse, si bien que l'homme ,plutôt âgé,ne vit pas à quel moment elle était arrivée dans ses bras. Il comprenait sa peine, il savait comme le travail de son père était prenant et quel douleur c'était pour lui de ne pas être au près de sa fille. Sachant que parfois, les gestes sont plus parlant que les mots eux mêmes, il serra la petite dans ses bars et sentit cette dernière s'apaiser. Le vieille homme savait qu'a présent, la fille de son patron était disposée à entendre ce qu'il avait à lui dire.


-"Kururu? J'ai as te parler....c'est a propos de ton père..."

Kururu se sépara de lui immédiatement, plongea ses yeux pleins de doutes et apeurés dans les siens . Tous ses membres tremblaient , elle se sentait mal et elle ne savait plus où se mettre. D'un bond , elle saisit le chauffeur par les épaules comme si il s'agissait d'une bouée et le secoua énergiquement.

-"Que lui est il arrivé? Il est malade? Dans quel hôpital est il? "

-"Il vas bien, rassures toi, il veut juste que vous passiez la journée ensemble dans un endroit très spécial"

Kururu cessa de secouer le pauvre homme et le serra à nouveau contre elle . Elle était extrêmement contente, son cœur palpitait si fort qu'on eu dit qu'il voulait sortir de sa poitrine pour crier sa joie. L'esprit léger, elle suivit le chauffeur de son père en sautillant légèrement , elle se sentait l'âme d'une enfant, sans soucis et rose.

La jeune fille s'allongea sur les sièges arrières en soupirant, regardant le ciel par le toit panoramique, jamais elle ne s'était sentit aussi légère ; elle avait l'impression de voler . Le ciel semblait infini tandis que la voiture filait à vive allure sur l'autoroute, elle se surpris à imaginer cette vitesse avec les Air trecks en fermant les yeux mais son rêve fut interrompu par une voix.


-"Mademoiselle Sumeragi, Kururu?"

-"Euh...Oui qu il y a t-il? "

-"Regardez sous le siège avant, votre père y a laisser quelque chose pour vous."

Curieuse de savoir ce que c'était, Kururu plongea ses mains sous le siège avant, elle tâtait le sol du véhicule, lorsque ses doigts touchèrent une surface lisses et dures. Elle la ramena vers elle, en la voyant, elle émit un hoquet de surprise; l'ouvrage était tout simplement magnifique. La boite était faites de bois d'acajou, d'où sa teinte légèrement bordeaux, le couvercle de l'objet était somptueusement sculpté, il n'y avait aucun doute c'était l'œuvre d'un grand maître. Fermant les yeux, elle laissa ses doigts effleurer le bois, les sensations étaient si intense qu'elle en soupira d'aise.

-"Vous savez, il faut l'ouvrir."

Kururu rougit instantanément,gêné de s'être laissé aller comme sa devant l'ami de son père. Avec minutie, elle ouvrit le loquet qui bloquait sa trouvaille, l'ouvrant avec milles précautions. Lorsqu'elle fut totalement ouverte, elle se rendit compte que c'était une boite musicale , un petit théâtre miniature dont les rideaux étaient clos. La blonde allait tourné la manivelle, lorsque la voiture se stoppa brutalement, le chauffeur se retourna vers elle.

-"Nous sommes arrivés mademoiselle Sumeragi, votre père vous rejoindra ici."

La jeune fille descendit de la limousine , restant debout sur le trottoir en faisant de grands signes à la voiture qui disparaissait. Prenant une inspiration profonde, elle fit volte-face, elle fut instantanément ébahi par le parc qui s'étendait à perte de vue. Décidé, elle se dirigea vers l'entrée de ce dernier, elle fut bousculé par un coureur avec ces écouteurs qui ne la remarqua même pas; cette dernière ne réagit pas non plus trop occupée à contempler l'étendu d'eau qui stagnait sous ses yeux. Elle ne savait si c'était les reflets d'ors du soleil qui s'abattaient sur sa surface où le faite que son père allait arrivé d'une minutes à l'autre mais elle se sentait emplis d'une force nouvelle; une joie sans nom.

Kururu longea le lac avant de s'asseoir sur un banc. Plus le temps passait, plus elle s'avachissait finissant par s'allonger sur ce dernier. Le soleil brillait au zénith, assommant et pesant , la jeune tuneuse commençait à sentir la faim et avec tous ces facteurs, elle ne pouvait penser que midi était déjà bien lointain. Le doute grandissant en elle en même temps que son appétit , elle se leva en soupirant, conservant la boite sous son bras et se dirigea vers un marchant ambulant . Tandis qu'elle mangeait son hot dog en observant la vie qui fourmillait autour d'elle, tout en balançant ses jambes dans le vide, elle su que son père ne viendrais pas manger avec elle.

Une fois son déjeuner achevé, elle s'étira en baillant, elle décida d'aller se promener ,après tout, lorsque son père arriverait, il l'appellerait. D'humeur enjouée, elle se mit gambader dans l'herbe en poursuivant les nombreux écureuils qui se baladaient dans le vaste parc. Elle ne savait depuis combien de temps elle était là, mais elle s'en souciait plus à présent , achevant sa course allongée sur la pelouse en rigolant aux éclats sous le regards amusés des nombreux coureurs qui faisaient leurs exercices mais aussi des promeneurs qui lui faisaient de petits signes. Euphorique, la blonde emmitoufla sa tête dans le creux de son bras et s'endormit à même le sol à l'ombre d'un grand érable. Les passants observaient cette fille , vêtue de son uniforme scolaire endormit sur la pelouse; de nombreuses personnes le faisaient à Central Park attirés par l'ambiance apaisante de ce dernier.

Une sensation étrange la réveilla , quelque chose d'humide et froid. C'était insistant , de plus en plus fort , rafraîchissant l'atmosphère en la faisant frémir à chaque assaut. Kururu ouvrit ses yeux chocolats , se rendant compte que les sensations qu'elle ressentait n'était rien d'autre que la pluie; elle ne savait même pas à quel moment , elle s'était endormie sous cet arbre. Se relevant le plus vite qu'elle put, elle ramassa sa boite à musique en tentant de la protéger tandis qu'elle courait en essayant de trouver un abri étanche où elle pourrait s'abriter de cette onde battante.

La jeune fille trouva refuge dans une encavure naturelle présente dans la roche où au dessus un pont traversait . Ses vêtements lui collaient à la peau et ses cheveux était devenues brun tant il était trempés tandis qu'elle observait de sa place les derniers rayons du soleil s'estomper. Tremblante de froid, elle ferma les yeux en songeant qu'elle serrait seul dans ce gigantesque parc toute la nuit . Soupirant de désespoir, elle regarda le cadeau de son père en pensant qu'elle n'aurait pas dut l attendre ni même espérer qu'il vienne la chercher. Serrant l'objet contre elle, elle observa une énième fois le couvercle sur lequel, elle put lire "Le bal des Lucioles " en écriture stylisée . Le soulevant de nouveau, elle put enfin tourner la manivelle qui se trouvait à l'arrière . Un déclic se produisit tandis que le petit rideau rouge mité commença à se tirer et que la musique commençait à résonner .
(Cette musique ci)



Immédiatement de petites marionnettes se mirent à danser , suivant les lignes magnétiques de l'objet avec fidélitées . Complètement fasciné par ces petites personnes qui semblaient si réelles,Kururu se mit à rêvasser tandis que la nuit s'épaississait. Les lumières des lampadaires du Parc s'allumèrent et la jeune fille redevenue petite s 'émerveillait devant ce spectacle. A la fin de la chanson, elle se redressa en soupirant tant elle était emplis de joie et constata avec plaisir que de nombreuses lucioles venaient d'apparaître tout autour d'elle. Elle se mit à tournoyer sur elle même, lorsqu'elle entendit un crissement de gravier derrière elle. Ne voyant que très peu dans la nuit profonde, elle fit volte face en scrutant les ténèbres.

-"Papa c'est toi? "

La tuneuse recula attendant une réponse de la part de l'ombre qui progressait vers elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Bal Des Lumières ....{P.V Ryu }
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fête des lumières
» Quatre lumières
» Lyon - la fête des lumières 2010
» Sept lumières
» Les Lumières du petit Poucet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde de la nuit :: Manhattan :: Central park-
Sauter vers: