AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Amy Haishin
Thunder Queen

avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : J'aimerais être avec lui...
Road : Thunder Road

MessageSujet: Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]   Sam 28 Mar - 2:54

Un rire sadique ce fait entendre, une jeune fille munis de roller , appelée Air treck, file a travers les rues qui s'offre à elle. Poursuivis par une bande qu'elle ne connait que trop bien, elle s'enfuit encore plus vite,essayant de les semer. La nuit tombe peu a peu sur le quartier de Shinjuku, la foudre vas tomber pour la bande qui suive la jeune fille. La jeune fille se demande si cela est une bonne idée, elle doit avouer qu'elle n'aime pas du tout cela... Elle n'avait pas vraiment compris pourquoi elle était suivis mais la elle devait sévir. La jeune fille saute alors dans les airs, elle attérit sur un mur puis se retourne face a son première adversaires. Pris d'assault, il ne pourra pas freiner, car le freinage est la faiblesse de ses air treck. La jeune fille aux yeu vairons en profite, toujours en l'air elle donne un coup de genoux a pleine vitesse, le jeune rider d'en face ce le prend alors de pleins fouet, il ce le prend en pleine tête, le nez ce craque, il attérit au loin par terre... Le reste ne vas ps tarder a arriver. Amy, jeune fille de 18 piges, soupir... Elle se sent fatigué, un air blasé s'affiche sur son visage. Elle entend des cris, c'était donc la bande qui arrivait ? Plutôt rapide ceux la. Elle entend alors le bruit des at's frappant le sol... En faite, ils s'en servent comme des sauvages, ils croient faire du roller normal ? Quel bande d'imprudent.

Une voix se fit entendre dans sa tête. Une voix qui prend possession d'elle a chaque moment critique, elle se nomme Mya, ele a juste inversé le prénom de Amy car en faite, elle n'a pas d'existence, elle est juste la part mauvaise et sadique de Amy... Un regard diabolique s'affiche alors dans les yeux vairons de la jeune fille. Mya a l'air d'être réveillé. Elle regarde le fin fond de la ruelle, un sourire narquois sur les lèvres. Elle voit les silhouettes de riders, leurs rirent ne la perturbe plus. Elle empreinte le même rire qu'eux. Elle vas les détruire, les écartelés jusqu'aux dernier. Mya, " the black rose " est dans la place.

Elle les regarde puis d'un coup bondut dans leurs direction, tournant sur elle même comme si la jeune fille danssait. Elle passe a travers les coups de poings et de pieds que ses nuls lui envoie, un sourire malicieux orne alors ses lèvres, elle pose alors son pieds juste dvant celui d'un rider a côté d'elle, celui ci avance a ce moment et il tombe alors la tête en avant. Elle saute alors sur le dos de celui ci alors qu'il est allongé, les roues de ses air treck s'enfoncant dans la chair du jeune rider. Un hurlement sourd ce fait entendre, du sang gicle alors au visage de la jeune demoiselle. Elle remarque alors que ses air trecks de couleur rouge et noi sont tachée de sang... Elle n'avait pourtant pas forcé...Elle descendit alors du corps de sa deuxième victime. Amy hurlait de l'intérieur ais Mya resta sourdes a ses paroles.Un autre arrive alors par les airs. La jeune fille siflotte puis recule, il essaye deplaçé un coup de pied, plutôt agile mais pas assez pour elle. Elle attrape la jambe du jeune homme puis lui donne un coup de pied derrière le genoux. Un craquement ce fait alors entendre. Un nouveau hurlement de douleur qui fit éclater de rire la jeune demoiselle aux cheveux noir corbeaux. Ses yeux vairons, tout d'eux injecté de sang firent trembler les jeunes riders. Quelqu'un était arrivé, un assez gros balèze. IL était bien plus grand que la jeune fille. Le sourire de Mya s'effaça. Elle n'allait pas s'en sortir indemme la elle en était sur. Mya prit alors pour la première fois le même air blazé de Amy. Quand l'homm regarda ses hommes a terre, une rage ce lut a l'intérieur de ses iris. D'une voix agressive il dit a la jeune fille.


" Tu a bléssé mes coéquipier, tu a tué un ami... Tu vas le payer gamine !"

Mya eu un regard surprit. Amis ? Qu'est ce que c'était que sa ? Elle n'avait aucun souvenirs ni elle , ni Amy... Le mot Ami ne lui revenait pas a l'esprit... Les deux personnalité étaient en symbiose. Elles auraient voulu connaître le sens de ce mot. Quoi qu'en y repenssant... La jeune fille avait belle et bien un ami... Ryu Nagashi , elle l'avait rencontré il y a un an environ. Il l'avait trouvé sans vie, dans une ruelle, les veines coupés, le ventre ouvert. Elle ne savait pas du tout comment elle c'était retrouvé là-bas, ni pourquoi elle avait fait cela... Un coup arriva alors, elle était dans ses pensées et n'avait pas du tout fait attention, ce coup la reveilla net. Elle fut repoussé au loin , heurtant le mur de dos. Un filet de sang coule de sa bouche, destabilié par le mot Amis, elle avait repenssé a tout cela. Elle tombe alors au sol, la tête avait heurté le mur, elle eu la vision troublé. Elle voulu se relever, l'esprit de AMy avait reprit le dessus, elle était redevenue elle même. Elle n'était plus la meurtrière de tout a l'heure. Elle étaut la fille blasé, j'men foutiste qui ce foutait pas mal de ce que Mya faisait. Elle était juste choqué d'avoir tué de nouveau quelqu'un , car malgré tout, Amy et Mya sont deux personnalité logé dans le même corps. Pourtant elle avait tué.. C'était cela le monde de la nuit... Il devait y avoir des victimes.Amy se releve puis elle pars dans la direction opposé. Le gros balèze du nom de " Jim Osaka " Cris alors...

" Reste là ! On a pas finis de discuté jeune fille... "

La jeune fille se retourne puis répondit d'une voix calme...

" Ecoute moi bien toi ! Je ne peux pas contrôler mes pultions et j'en suis navré mais je vais te direune bonne chose... Vous m'avez attaqué, je n'ai fais que me défendre. Le responssable de la mort de ton pote c'est ta stupidité... "

" Ton père nous a chargé de nous occuper de toi ! On a pour ordre de t'emmener a luipar tout les moyens nécessaire."

Amy éclate de rire. Un père ? C'était quoi ça encore ? AH OUI ! Un homme qui est en couple avec un femme, de l'amour naît un enfant. Le jeune enfant doit alors appelé le père " papa " et la mère " maman"... Elle avait lus cela dans un livres... A cette pensé, une partit de sa mémoire fit défillé plusieurs images. Elle pose une main sur son front puis flanche un peu. Elle épprouve de la peur, de l'angoisse. Un homme la frappe et l'attache dans un endroit sombre. Elle réouve les yeux, les larmes débordent de ses derniers. La jeune fille ressentit de la haine. Elle n'arrivait pas à rester calme. La jeune fille trembla, le sang coulant de son front ainsi que de sa bouche. Un sourire assez triste prit place sur ses lèvres. Un père qui devait aimé et protéger son enfant enverrait des hommes pour lui infliger une bonne correction pour on ne sait qu'elle raisons ? C'était étrange... La jeune fille ce plaqua contre le mur pour ne pas tomber. Elle devait avouer qu'elle était complètement crevé. Elle resta debout, regardant le ciel étoilé qui s'offrait a elle. Une envie de partir ce fit sentir... Tout de manière elle voulait fuir. Sinon la jeune demoiselle pourrait bien mourir...D'un autre coté, Jim avait dit qu'il devait l'emmener devant son sois disant " père ". Elle ferme les yeux... Elle n'y arrivera jamais toute seule c'était évident. Pourtant elle ne savait pas du tout ce qu'elle voulait. Rencontrer celui qui se dit son père ? Partir d'ici ? Mourir ? Des idées lui traverse la tête. Mya prend alors de nouveau le dessus puis sauta d'un coup, arrivant sur un toit. Après deux heures acharnée elle arrive a les semer. Enfin elle espérait que se soit le cas. Elle arrive alors a des gratte ciel magnifique, montant lentement mais surement, la jeune fille s'assoit. Les jambes suspendue dans le vide, assise sur le rebord. Elle sort alors de son sac un maquet de cigarette. Mya laisse Amy reprendre le dessus, elles parlent alors entre elles.

" Tu n'avais pas dis que tu arrêterais de fumé Amy ? Cela gâche notre espérance de vie... "

" Mya, tu devrais le savoir maintenant... J'gâche ma vie de toutes les manières possibles... "

" Tu veux retrouver la mémoire ? Tu crois qu'en mourrant les souenirs te seront rendus ?

" Je ne sais pas... Mais j'avoue que ne pas savoir m'est insupportable...

Amy regarde la cigarette qu'elle a entre les doigts. Son regard ce porta au sol. La hauter du toit était éffrayante. La jeune fille respira calmement tout en continuant de fumé. Préserver sa vie ? Elle devait avouer qu'elle n'en avait plus envie. Amy resta assise, écoutant les propos de MYa pour la réconforter mais en vains. Elle se foutait de ce qu'elle disait... Dans son sac, il y avait l'alcool que Katsua lui avait apprit a aimé. Vodka purr, bien forte. C'était ce qu'elle devait faire... Boire, se saouler pour oublier. Elle en avait marre, voulait juste noyer ses pensés morbides dans l'alcool. Qu'est ce qui l'attend? Que doit elle faire ? Elle n'en a pas du tout idée. Si seulement elle retrouvait la mémoire... Elle voudrait revoir Ryu qu'elle n'avait pas vue depuis bien longtemps maintenant. Cela serait un réconfort d'avoir des nouvelles d'une des seuls personnes qui l'ai aidé. Le retrouver ? Le chercher ? Non.. Elle ne voulait pas faire cela... Elle l'ennuirait plus qu'autre chose... Non, elle devait resté seul..

_________________


Evite moi si tu tiens à la vie... Mya est beaucoup moins patiente que moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryu Nagashi
Dragon King

avatar

Nombre de messages : 133
Localisation : Dans les méandres de la nuit !
Road : Dragon road

MessageSujet: Re: Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]   Sam 28 Mar - 20:36



J'étais perdu dans mes pensées ce soir et n'avais rien trouvé de plus à faire que resté percher sur l'un des buildings de Shinjuku, j'étais perdu dans mes pensées totalement à l'ouest rêvant d'une vie où je pourrais enfin fermer l'oeil la nuit sans que l'ont ne vienne taper à ma porte pour X raison, je manquais sérieusement de sommeille et même dans les moments où je pouvais espérer en avoir je n'arrivais pas à fermer l'œil. Mon subconscient ne cessais pas de me montrer des images de mon passé et cela avait pour effet de me transformer en réel boule de nerf. Si je ne me contrôlais pas, je crois bien cas cet instant je jouerais les grands méchant dans les quartier du coin à traquer les petits riders du coin à chercher un gros morceaux sur lequel me faire les crocs. Cependant, je préférais resté là à sentir le doux vent frais sur ma peau et observais le train-train des fourmis, il est fou de voir comment chaque personne de ce bas monde semble ne ressentir que du stress il y avait certes les jeunes qui eut s'en foutais complètement de l'avenir ou encore les vieux croulant qui ne voulait qu'une chose, mourir. C'était un monde totalement à part du nôtre, ici un seul sentiment coule dans nos veines, fais vibrer nos ride endiablé et nos échanges d'armes, la liberté. J'ai pendant longtemps chercher le sens de ce mot et ce n'est qu'il y a peu que j'ai pus mettre une définition sur ce dernier, je venais tout juste de poser les pieds dans mon ciel infini quand je l'ai découvert, ce sentiment de ne plus avoir de chaine, de ne plus sentir le sol sous ses pieds, cette sensation salvatrice qui m'a permis de relever la tête et d'enfin voir le monde sous un autre angle, le monde n'était plus teinté du rouge sang de mes victimes, mais du doux voile du plaisir que le ride procure.

J'avais utilisé cette merveille de la technologie comme une arme et n'avais point chercher d'alternative pour me sortir de l'engrenage sanglant dans lequel je m'étais lancé. Cependant, depuis le jour où j'ai eu entre mes mains ce que l'ont pourraient qualifié de couronne, le fait de voir mes victimes agonisé après mon passage n'était désormais que futilité, je vous rassure je ne m'en prive pas, mais ce n'était pas ce que j'aime le plus désormais. J'ai réalisé que ce n'était pas le but premier du stormrider, chacun avais sont but, ses désirs, ses envies et le mien était nulle autre que celui de faire de mes ailes un rempart sans faille devant la nouvelle génération de rider. Cette nouvelle mentalité m'a choqué moi-même et il me fut difficile de réellement m'y résoudre. Pourtant, désormais c'était le cas, j'avais trouvé une nouvelle voie peut-être, mais pour moi le temps des nuits mouvementés à faire coulé le sang n'était plus. Je ne rêvais que d'une chose, vivre dans les extrême, retrouvé ces douces décharge d'adrénaline chaque soir, sentir le danger imminent que les sensations forte me procurer, j'avais besoin de cela, j'avais besoin de sentir dans mes veines mon sang bouillir et mon cœur s'affolait devant la « peur ».

Tout avait changé un beau jour, je ne serais plus dire quand, ni où, mais je m'en rappelle comme d'hier, j'avais sous mes yeux le corps inerte d'une jeune femme, en ce temps-là, j'aurais passé sans même jetais un coup d'oeil à cette dernière. Mais, ma curiosité m'a poussé à poser mes yeux véreux sur ce corps quelque parfait si l'ont oublié les veines tranchés à vif. Je restais là sous cette pluie battante trempé jusqu'aux os en conflit intérieur. Mon corps n'exécutai plus, je restais figé devant ce spectacle quelque peu morbide. Tout s'était figé, stoppant net le temps lui-même, pliant à ma volonté dame nature pour me retrouvais seul avec ce corps que la vie semblait peu à peu la délaisser. Je pouvais l'entendre, ce battement de coeur si frêle, qu'un simple mouvement de trop semblait pouvoir faire cesser de battre. J'étais comme incapable de me défaire d'elle, elle était un point de gravité et attiré le moi qui dormais jusqu'alors dans les méandres de ma mémoire. Un son parvînt à mes oreilles, si infime que mes tympans n'aurait pas pus le percevoir en temps normal. Pourtant, je pus l'entendre ce souffle saccadé qui semblait vouloir dépité un flot d'injure. Sans même me rendre compte de mes actes je récupérais sont corps et laissé mes At me porter. Lorsque tout repris forme et couleur j'étais devant les portes d'un hôpital les vêtements tâché de rouge et tremblant légèrement, je me surprenais même à espérer que la vie ne l'avait pas quitté. Comme sorti de nulle part je pus voir des dizaines de personnes s'animaient autour de moi, se précipitent de droite à gauche, une jeune femme s'approchât au vu de sa blouse elle était infirmière. Elle prit le corps que je tenais entre les bras et le posa sur un brancard, je ne pu apercevoir son visage qu'un court instant, visage que ma mémoire semble ne plus vouloir oublier.

Mon nom fut les seuls mots que je pus prononcé avant de disparaître de la nature sans laisser de trace. Filant dans la ville de Tokyo, laissant sur ma route que flamme illusoire et quelque goutte translucide. Ces depuis ce jour que j'ai totalement pris conscience, laissant tombé le carnassier sans pitié pour faire place au prédateur qui ne désirais qu'une chose protéger. Je n'aurais jamais crus un jour avoir un tel désir. Je ne sais pas trop comment mes pensaient on put dérivée ainsi, j'étais ici pour faire le vide et me voilà submerger par les souvenirs. Submerger par une odeur de clope et une senteur que mes narines semblait reconnaître. J'avais des hallucinations, je ressentais le doux relent de la jeune femme qui à sus inconsciemment me remettre sur le droit chemin. Je soupirais, la fatigue ne faisait pas bon ménage. Pourtant, une nouvelle brise ce leva et cette fois je ne pouvais mettre cela sur la faute de la fatigue. Je tournais la tête sur la droite et pouvais apercevoir au loin le rougeoiement d'une clope. Décollant du sol je m'élance dans le vide en débutant ma chute par un front 900°. Je me posais sur paroi du building et d'une impulsion imperceptible me propulsé vers un immeuble un peu plus petit. J'enchaînais sur un wall ride et avant d'atteindre le sommet m'éclipse dans un bang sonore. Je cesse ma course sur le rebord du mur un clope entre les doigts, clope dérobé à une personne que je n'aurais jamais crus revoir. D'une pichenette j'envoyais cette dernière dans le vide, laissant ces centres se disperser au gré du vent. Mes yeux s'étaient posés sur son visage et ma voix furibonde, mais douces se fit entendre.

- Je ne t'ai pas sauvé la vie pour que tu ne la gâche à coup de clope. Aurais-je fais une erreur en pensant que la vie t'allait comme un gant ?

Dans mes prunelles une lueur de surprise ce faisait voir, je ne m'attendais pas à la voir, ce visage que ma mémoire avait encadré. Elle avait quelque peu changé, d'abord ces prunelles de couleur différente, verre de contact ? Puis elle avait quelque peu gagné en hauteur. Cependant, ce visage n'avait pas beaucoup changé sauf si l'ont considéré que la première fois ou mes yeux c'était posé sur ce dernier des tâches sanglantes y figurer. A voir la couleur reluisante de ses air trecks et l'odeur qui en émané elle n'était pas aussi innocente que j'aurais pus espérer. Ma surprise était plus accrue au fil de mon analyse, que faisait-elle ici ? Dans ce monde ou en l'espace de quelque seconde tout pouvaient s'effondrer. Dans ce monde ou le plus fort fais la loi, dans ce monde ou la vivre est un réel défis, où chaque rencontre vous surprend. J'étais bien loin de l'imaginai dans le monde de la nuit, fou le monde que l'ont peu rencontrée en prenant un peu de distance avec la terre ferme. Cependant, je ne vous le cacherez pas j'avais beau être surpris et furibond, mais j'étais quelque peu heureux de la savoir toujours en vie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://airgear-resurection.actifforum.com
Amy Haishin
Thunder Queen

avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : J'aimerais être avec lui...
Road : Thunder Road

MessageSujet: Re: Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]   Dim 29 Mar - 22:26

Qu'est ce que la vie ? Pourquoi les gens la protège ainsi ? Sous ce ciel noir, Amy se pose plusieurs questions. Elle ne comprend pas pourquoi les gens veulent protéger les autres. La vie est si éphémère, pour elle, elle doit avouer que la vie est un déchet. Elle ce moque pas mal de la gâché. La jeune fille reste assise, elle sent le vent doux qui vient ce collé a sa peau blanche. Elle respire pleinement cette air bienfaisant, elle comprend a peu près pourquoi elle veut rester en vie pour le moment. Elle aimait énormément le monde de la nuit. Elle se releva mais a ce moment la elle ne vit plus sa cigarette entre ses doigts mais entre les doigts d'un homme. Un homme qu'elle n'espérait pas revoir de sitôt... Le visage de cette homme était ancré dans sa mémoire. La jeune fille recula un peu... Elle était surprise elle devait l'avouer, sa phrase se répéta plusieurs fois dans sa tête. Cette phrase... Elle pensait vraiment que la vie ne valait pas d'être vécu, mais la phrase que celui ci avait dit lui donnait envie de vivre... Elle ne comprenait pas se sentiment... C'était comme si il avait dit cela pour la protéger, en faite elle l'aurait voulu... Elle aimerait se sentir protégé et en sécurité... Pourtant cela ne sera jamais le cas... Elle devrait vivre dans la peur et l'ignorance. Elle aurait voulu sourire mais elle n'arrivait plus a bouger, comme paralysé par sa seul présence. Il était devant elle... Elle ne comprenait rien, tout s'embrouillait dans sa tête. Ses yeux écarquillés fixèrent les mouvements du jeune homme. Elle n'aurait jamais cru le voir ici... Amy, debout devant celui qui l'avait aidé... Elle n'aurait pas cru que cela arriverait de sitôt... C'était trop dur a réalisé pour le moment... Elle recula petit a petit puis d'un coup sauta dans le vide. Elle ce foutait pas mal de la chute, elle ne voulait pas que Ryu la juge... Pas maintenant... Il devait avoir vue ses At's ensanglantés.. Elle ne voulait pas cela... Elle n'aurait jamais pensé qu'il la verrait dans le monde de la nuit... Mya hurlait a Amy de la laissé prendre sa place, elle entendait ses hurlements mais elle ne pouvait même pas y répondre... Elle sentit alors quelque chose coulé de ses yeux, quelques chose qu'elle ne conaissait pas. Cela avait un goût salé... Serait-ce que l'on appelle « Larmes « ? Amy n'avait jamais pleuré, enfin depuis qu'elle a perdue la mémoire elle n'avait jamais pleuré... Amy remarque alors que l'atterrissage sera rude... Elle essaye de se retenir a un creux, son épaule prend le choc mais Amy retombe encore. Elle atterrit alors en plein capot sur une voiture. Le pare brise ce brise a cause du poids de la demoiselle, les morceaux de pare brise lui coupant quelques partit de jambe, un viens ce planté dans le dos de la jeune fille alors qu'elle retombe sur le sol..

Elle ressent la douleur, elle essaye de ce relever mais en vain, elle doit avouer qu'elle n'avait pas l'habitude d'avoir aussi mal... Qu'est ce qui lui arrivait ? Pourquoi fuyait elle celui qu'elle voulait tant revoir depuis des années ? La jeune fille ne comprenait pas son geste, pourtant malgré le fait qu'elle avait recherché Ryu pendant tant d'années, maintenant, elle devait avouer avoir peur, peur de sa réaction en la voyant couverte du sang de ses victimes... C'était dur a digéré... Elle ce relève alors en tremblant de tout ses membres... Tremblant a cause de la douleur, pleurant a cause de la peine qu'elle éprouvait... Pourquoi fallait il qu'elle pleure a cause de cela ? Pitoyable... Elle se teint au mur, ne pouvant réfléchir a la suite. Elle avait sauté sur un coup de tête. Elle enleva le morceau de pare brise qui était resté planté dans son dos tout en poussant un hurlement de douleur. Elle qui faisait subir se cris a ses ennemis, c'était maintenant elle qui hurlait... La jeune demoiselle frappa le mur sur lequel elle était appuyé. Le sang coulant de ses blessures. » Putain »!... C'était l'intonation que Amy poussa intérieurement. Elle avança vers la ruelle qui s'offrait a elle mais s'arrêta en pleins milieu...

Elle devait se l'avouer, elle était contente d'avoir revue Ryu... Elle se demandait alors pourquoi elle avait fuis devant le jeune homme. Il n'avait rien fait de mal pourtant. Elle ne ce comprenait pas, elle était vraiment zarbie. Elle ne voulait sans doute pas le perdre pour rien. Le seul ami qu'elle avait, si elle le perdait qu'est ce qu'elle deviendrait... Sans doute rien... Enfin Amis était un bien grand mot... Cela faisait un an est quelque qu'il ne c'était pas vue, un truc dans le genre. Le décevoir après ce laps de temps serait bête... Amy avança puis flancha alors. Le morceaux de pare brise qu'elle avait retiré lui avait teinté le regard de blanc. Des images défilaient de nouveau... Mais cette fois ci elles étaient beaucoup plus sanglante, elles faisait éprouvé a Amy de la souffrance.. Cette fois c'était vraiment pire que douloureux... Elle voyait le même homme que dans les souvenirs qui lui revenait, il l'avait frappé pour elle ne savait qu'elle raison, libérant ses poussés sexuelles après l'avoir assomée... Revenant avec un couteau, lui lacérant les épaules pour la réveillé...Voilà donc d'où venait ses cicatrices qui ornait le corps de la jeune demoiselle ? Amy retrouve sa vision, de nouveau dans la ruelle... Les larmes coulant comme jamais... Elle a envie de crier, de hurler.. Elle frappe le sol, qui est ce mec ? Qu'est ce qu'il lui avait fait et pendant combien de temps ? Pourquoi Amy ne ce souvenait elle de rien? Pourquoi cette ignorance ?! La jeune fille se relève, elle entend la voix de Mya dans sa tête, essayant de la calmer, de la réconforter... Impossible, la peine est trop grande... Elle plaque ses mains contre ses tympans, elle ce libère...

LA FERME ! JE NE VEUX PAS D'UN TEL PASSE !!!

Elle respire calmement, les larmes coule encore, ses yeux vairons émettent un regard inerte, un regard complètement vide... Comme si il n'y avait plus personnes en elle. Comme si elle n'était qu'une enveloppe charnel sans rien pour la guidé, sans coeur, sans âme... Elle est vide... Elle est morte... C'était clair maintenant, a cause de son passé elle était morte... Elle regarde les morceaux de pare brise par terre... Cela lui rappelle comment elle avait connus Ryu... Elle c'était tailladé les veines, ainsi que le ventre... Elle pourrait recommencer, mais cette fois ci sans se raté... Pourtant cela serait trop difficile... Pourrait elle abandonné la vie qu'elle avait préservé jusqu'à aujourd'hui ? Y arriverait elle ? Sans doute pas... En faite elle ne savait plus du tout où elle en était. Elle n'était plus qu'une étrangère pour elle même. Elle n'était plus rien, elle avait tout perdu, elle n'avait plus rien. Ni amis, ni famille, ni souvenirs...Rien... La jeune fille en prend un en main, un de ses morceaux coupant et tranchant qu'elle ramasse par terre. Elle le regarde, du sang a elle et déjà versé dessus. Elle ne comprend plus rien, pourtant que faire, que dire... ? Elle le regarde longuement, les pensées déborde, les larmes coule, le sang continue de se versé de ses plaies... De scarifs en sacrifice, elle a le coeur complètement a vif, sourire ? Souffrance ? Elle ne peux plus... Elle ne vas pas bien, pas bien du tout.. Elle a besoin d'un présence auprès d'elle, mais personnes ne peux faire cela... Plus personnes, elle doit oublié Ryu car celui ci souffrirait a cause d'elle... C'était inutile... Elle abandonne, elle perd la partie... Le morceau se rapproche de son coeur, elle se le plante alors, mais comprend qu'elle a raté le coeur... Avec toute les tentatives qu'elle avait faite, elle c'était encore une fois raté... Elle le laisse planté, et recule peu a peu dans les ténèbres de la ruelle, tombant mais soutenu par le mur, elle s'assoit... Elle est encore lucide, elle est consciente de tout... Que doit elle faire maintenant ?

( petit post... désolé j'me rattrape au prochain... )

_________________


Evite moi si tu tiens à la vie... Mya est beaucoup moins patiente que moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryu Nagashi
Dragon King

avatar

Nombre de messages : 133
Localisation : Dans les méandres de la nuit !
Road : Dragon road

MessageSujet: Re: Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]   Lun 30 Mar - 2:23

Sous mes yeux je pouvais la voir, tel un faucheur l'emportant une douce brise la fit chuté. L'emportant vers les bras d'une entité cachée, mais au multiple visage. Je n'ai réalisé que trop tard ce qui ce passé, j'ai totalement à l'ouest et avait relâché m'a garde. Dans son sillage quelque goutte translucide pouvais se faire voir. Démarrant au quart de tour je m'élançais dans le vide, rencontrant avec fracas la paroi du building brisant sur mon passage chaque vitre passant sous les roue de mes At's, le regard noir, le visage pliais dans une concentration extrême. M'éclipsant d'un building à l'autre ne laissant sur ma route que des milliers de Yen de réparation. Je m'en foutais totalement ce qui comptais à cet instant c'était de sauver cette personne. Ridant avec rage laissant sur ma route flamme illusoire et débris de verre. Les cheveux voguant au gré du vent, le visage imprégner d'une expression de fureur folle. Je stoppai ma course net en rencontrant un véhicule de plein fouet, traversant presque la toiture de ce dernier. Je restais là debout cherchant la jeune femme des yeux. Levant la jambe droite brusquement je relâchais un croissant enflammé dans la nuit filant vers le ciel à vive allure. Réduisant sur son passage les verres que mon ride avait détruits, créant ainsi un voile de cristal. Les At's fumant émettaient un feulement animal, sans dire mot je disparaissais sous les yeux ébahis des passants qui semblaient ahurie et déboussoler. Un bang sonore retentit et ma silhouette c'était évaporé.

Mes sens à l'affût j'étais à sa poursuite, tel un traqueur je me mouvais dans l'ombre. Au détour je pus l'entendre cette voix, je n'avais besoin de rien d'autre pour comprendre d'où elle provenait. Je me ruai dans la rue adjacente sans trouver d'obstacle sur ma route bousculant tout ce qui se trouvais sur mon passage. D'un bond gigantesque je me posais près d'elle et la prenais dans mes bras, ne posant pas le regard sur son visage tâché de sang. Ridant simplement sans dire mot. Posant simplement le pied droit sur le sol et ridant à vive allure vers l'hosto le plus proche. De mes yeux une goutte translucide ce fit voir. Une larme qui semblait contrasté avec mon visage de marbre. J'augmentais l'allure de mon ride, si bien que le décor défilais sous mes yeux à une allure ahurissante. Je venais de me posé devant l'hosto le plus proche, où plus précisément une planque ou les rider venait ce faire soigné, ne voulant pas rendre de compte à quiconque. Je la déposé entre les mains d'une personne de confiance et attendais sur le palier de la porte. Le temps s'écoulât lentement si lentement que lorsqu'il ouvrit la porte je crus bien qu'une décennie c'était écoulé. Je grimpais les marches une à une l'air totalement moue, je n'étais plus le Roi furibond de tout à l'heure, mais un simple rider en détresse. J'entrais dans la chambre refermer la porte sur moi et posé mes yeux sur la jeune femme étendue dans un lit. Je ne savais pas si elle était consciente ou pas, ne savais pas comment elle allait réagir en apprenant que je l'avais emmené dans un endroit aussi glauque, mais je n'avais pas d'autre choix, je la sentait tremblé entre mes bras, perdre son sang peu à peu et enfin finir par s'évanouir ce lieu était donc le plus proches. Je m'approchais du lit et m'asseyais sur la chaise, plaçais mes coudes sur mes jambes et mon menton sur mes mains croisées.

- Pff, j'ai échoué. Rien de tout cela ne serais arrivé si je n'avais pas fait apparition de nulle part. J'ai encore une fois échoué dans ma tâche je ne serais donc jamais capable de protéger qui que ce soit et encore moins les personnes que je considère comme importante, mes mains tâché de sang semble m'être lié à vie, pourtant je devais le faire pour atteindre le sommet je devais répandre haine et souffrance. Pff, quel idée aussi de sauter d'un building, un putain de building, t'imagine même pas ce qui aurais pu t'arrivai si tu n'avais pas amortie quelque peu ta chute, t'es organe interne aurais été littéralement réduis en miette. T'es qu'une idiote ! Qu'est ce qui t'as pris bordel de merde ? Putain...


Des questions résonnaient dans mon crâne à m'en donner mal à la tête, en me voyant elle a entamer un mouvement de recule et c'est jeté dans le vide, un air terrifié sur le visage. Elle avait peur, peur de moi ? Non ce n'était pas de moi -du moins je l'espérais- mais de quoi ? De qui ? Ai-je fais fausse route, ma présence était peut-être de trop. Je ne voyais qu'un moyen d'élucider tout cela. Attendre sont réveille. Je me relevé sans bruit m'approchais de la fenêtre et l'ouvrais doucement et comment toujours dans les moments de doute, je sortais de ma poche un paquet de clope et placé entre mes lèvres l'une d'entre elle. D'un mouvement vif j'approchais le briquet déjà allumer vers le bout de la clope et l'allumais. Je retirais cette dernière de mes lèvres et laissais une flopée de fumer blanchâtre. Mes yeux rivé sur les lumières lointaine du centre ville. Je sentais le vent sur ma peau qui semblait vouloir apaisait mes doutes, mais rien a faire j'étais bien trop préoccupé. Je ne comprenais plus rien et n'arrivais pas à mettre le doigt sur ce qui n'allait pas, je me sentais frustrer et totalement inutile, je suis un incapable.


(La c'est Moi qui manque d'inspi désolé mais j'ai vraiment plus une goutte du liquide sacré nommé énergie ><)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://airgear-resurection.actifforum.com
Amy Haishin
Thunder Queen

avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : J'aimerais être avec lui...
Road : Thunder Road

MessageSujet: Re: Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]   Jeu 16 Avr - 4:48

Une douce létargie... Un moment de détente ou le calme est plat... La jeune fille respire calmement. Elle se sent enveloppé dans un chaleur qu'elle ne connait pas très bien, une chaleur qui lui paraît inconnue... Cette chaleurs lui rapelle celle que peut provoquer une étreinte. Elle essaye de relevé la tête, de son regard livide elle voit un visage familié, un visage qu'elle ne peut oublié, celui de Ryu Nagashi...Pourquoi la portait il ? Pourquoi était il là avec elle ? Où l'emmenait elle... ? La jeune fille a du mal à garder les yeux ouverts, elle tombe peu à peu dans les tenèbres... Elle comprend par la manière de Rider de Ryu que le jeune homme est pressé, il veut sans doute l'emmener se faire soigner, elle regarde son épaule, elle voit le sang coulé petit à petit mais de plus en plus... La jeune fille n'en peux plus, elle est fatigué, épuisé... Elle ferme les yeux, elle doit avouer qu'elle ne comprend plus grand chose. Elle entend Mya lui crié de resisté, de ne pas abandonné, qu'importe, la jeune fille au yeux dépareiller veux se reposé... Elle n'entend plus rien, ni le souffle de Ryu, ni l'impact de ses air trecks sur le sol, ni le bruit des voitures et autres... Rien... Elle ne sent plus la chaleur, elle sent un vent glaciale prendre possession de son corps... Amy reste dans son monde teinté de noir. Dans les ténèbres de son enfer. Stupide ? Elle devait avoué qu'elle l'avait été, ce poignarder le coeur, ce taillé les veines, qu'elle stupidité... Son sang coule encore et encore pourtant elle ne peux même plus s'en rendre compte. La jeune fille, d'un coup reprend un souffle plus adapté...

Elle ouvre un peu les yeux, les laissant entre ouvert, elle voit un visage complètement inconnue, elle est posé sur une sorte de brancard puis un jeune homme lui chuchotte des mots rassurant tout en regardant sa plaie au ventricule... Une grimace ce fait sur son visage. Il demande a Amy de rester présente, de rester consciente avec lui... Ce n'était pas du tout gagné... La jeune fille à du mal a ne pas fermer les yeux, elle est enfermer alors dans une salle d'opération, ils allaient sans doute devoir faire avec les moyens du bords... L'homme enfille des gants blanc puis demande à son collègue de lui injecté un truc... Apparement de la morphine... La jeune fille voit son monde commençé a redevenir noir, elle ne voit plus que des formes puis des ombres et pour finir son regard plonge dans les ténèbres...La jeune fille ne sait plus du tout ou elle est... Elle commence alors a parlé de nouveau avec Mya, elle la voit dressé devant elle, un regard haineux... Normal, après la connerie qu'elle venait de faire, elle ne s'attendait pas a ce que Mya lui fasse un grand sourire... La jeune fille l'entend alors gueulé tout ce qu'elle à a lui dire du genre " Espèce d'idiote ! Tu te rend compte de ce que tu a fais ?! Tu aurais pus mourir ! ON auraient pus mourir avec tes conneries ! Une fois sa suffit mais pas deux "... Amy pousse des gémissement a cause de la douleur, pourtant tout autour d'elle n'est que ténèbres. Seul le visage de Mya lui est éclairé...

Elle s'en veut, elle ne veux plus jamais se réveillé. Elle avait sauté dans le vide, et après elle avait tenté de mettre fin à sa vie.. Elle n'aurait jamais pensé que Ryu la suivrait... Elle aurait pensé que le jeune homme serait resté sur le toit ou qu'il serait partit... Mais non, il l'avait suivit... Il était stupide, mais c'était mieux comme sa. Au moins Amy avait l'impression d'avoir quelqu'un sur qui compté... Que dire ? Que faire maintenant ? Pourait elle le regardé en fasse ? Non cela serait sans doute impossible... Elle avait dut l'inquiété... Et encore... Peut être sans fichait il tout simplement, peut être avait il fait comme la dernière fois, peut être qu'il l'avait déposé a L'hopital puis il était partit tout de suite après... La jeune fille n'avait pas eu de nouvelle, normal qu'elle est était suprise de le voir... Même si elle n'aurait pas dut sauté du haut d'un bulding... La jeune fille pousse de nouveau un gemissement de douleur, elle entend alors quelqu'un crié, enfin crié était un mot un peu gros. Elle entend que ses paroles la concerne et cette voix ne lui est pas inconnue... Ces paroles la blessait et lui faisait comprendre son erreurs...


- Pff, j'ai échoué. Rien de tout cela ne serais arrivé si je n'avais pas fait apparition de nulle part. J'ai encore une fois échoué dans ma tâche je ne serais donc jamais capable de protéger qui que ce soit et encore moins les personnes que je considère comme importante, mes mains tâché de sang semble m'être lié à vie, pourtant je devais le faire pour atteindre le sommet je devais répandre haine et souffrance. Pff, quel idée aussi de sauter d'un building, un putain de building, t'imagine même pas ce qui aurais pu t'arrivai si tu n'avais pas amortie quelque peu ta chute, t'es organe interne aurais été littéralement réduis en miette. T'es qu'une idiote ! Qu'est ce qui t'as pris bordel de merde ? Putain...

A ce moment là, la jeune fille ouvre les yeux. Ses derniers son baignés de larmes... Elle comprend alors qu'elle a rendu de nouveau quelqu'un triste... Mya qui l'engueule et maintenant le jeune homme... Il était resté cette fois, il était là, a côté de la fenêtre... Il venait d'allumer une clope, son regard était assez profond, il se sentait coupable ? La jeune fille se réveille alors en surceaux comme si elle avait fait un cauchemard... Elle respire de plus en plus vite ne sachant pas quoi faire pour ce calmer. Elle regarde autour d'elle et vois ses Air trecks. Elle est encore vétu des mêmes fringues taché de sang, elle sent alors son corps devenir de nouveau lourd, elle retombe en arrière sur le lit. Les yeux complètement baignés de larmes. Elle ne comprenait pas pourquoi elle pleurait, ou plutôt, elle ne voulait pas se l'avouer. Elle était complètement déconcertés, elle ne comprenait plus rien. Comme si son esprit s'embrumait. Ryu était encore là, a côté d'elle. Pourtant elle aurait parié qu'il était partis. Resté avec elle n'apportait que le malheure...

La jeune fille respire calmement puis essaye de ce relever, elle sort alors une jambe du lit puis la deuxième, son regard scrute ses air trecks. Pourtant elle ne devait pas tenté l'impossible, jamais elle ne pourait fuir, pour 2 raisons. La première c'était que dans son état actuelle, elle était complètement H.S, elle ne pourrait jamais s'enfuir d'ici en sautant par la fenêtre ou autres. Et la deuxième raison est qu'elle n'avait aucune envie de se séparer de Ryu, elle ne voulait pas après leurs retrouvailles, partir comme une voleuse. Elle voulait resté ici et parlé avec lui même si cela allait être dur vue ce qu'elle avait fait. Il allait sans doute l'engueuler encore une fois... La jeune fille vas tenter au moins de ce relever. Elle s'appuis sur le lit, puis d'un coup ce lève. Pas super bonne idée, elle retombe sur le coin du lit. Elle s'accroupie alors puis s'adosse a un des côtés du lit avant de reprendre son calme. Elle était pire que fatigué... La jeune fille regarde son pantalon, elle voit la forme de son paquet de cigarette. Tout a l'heure Ryu lui en avait gaché une, elle allait pas retenté d'en allumé une nouvelle. Pourtant monsieur ne pouvait lui donné de leçon car lui même fumait. La jeune femme sortit alors une clope puis l'alluma calmement. La gardant en bouche, elle se releva puis elle ce dirigea vers la fenêtre. Elle fit alors une courbette en avant puis dit alors a Ryu...


Désolé ! Je ne sais pas pourquoi j'ai fais sa... Pardonne moi... Ne m'en veux pas... Quand je t'ai vue j'ai perdue mon sang froid, j'ai eu peur... Peur de ce que tu pouvais pensé de moi... Pardon... Je suis désolé...

La jeune fille sent alors ses forces l'abandonné un peu, elle s'accroupie de nouveau puis s'adosse au mur a côté de la fenêtre. Elle en avait marre de resté allongé et de faire la malade. Elle avait connus pire... Même si elle devait avouer que là, elle y avait était un peu fort. Elle avait faillit touché un ventricule... C'était dangereux... La jeune femme cracha alors un petit peu de sang, qu'est ce qu'elle s'en foutait... Elle fuma petit a petit puis a la fin de sa cigarette, elle jeta le mégo par la fenêtre tout en se relevant... Elle regarda alors Ryu. Qu'allait il pensé ? Qu'est ce qu'il allait dire ? Amy baissa les yeux, elle ne pouvait affronter son regard. La jeune femme posa ses coudes sur le rebords de la fenêtre, elle regardait l'intérieur de la chambre, juste a côté d'elle, il y avait l'homme qui lui avait une nouvelle fois sauvé la vie... Qu'elle ironie du sort... Il l'avait rencontré deux fois, et deux fois elle avait tenté de ce suicidé... Cela devenait grave...

Je suis vraiment désolé Ryu...

_________________


Evite moi si tu tiens à la vie... Mya est beaucoup moins patiente que moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryu Nagashi
Dragon King

avatar

Nombre de messages : 133
Localisation : Dans les méandres de la nuit !
Road : Dragon road

MessageSujet: Re: Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]   Jeu 16 Avr - 21:51

Les secondes s'effile, tout comme cette clope qui peu à peu diminuer, le silence était si dense que même le plus petit atome semblait s'être tue. J'étais comme revenu dans le passé solitaire et totalement désemparer, bien qu'elle était là proche de moi, une enjambé et j'étais à son chevet, pourtant j'avais toujours cette impression de vide qui me tenaillé, je ne sais pas comment l'expliquer, j'étais dans un monde comme parallèle où l'ont me torturer a causse de ma faiblesse, j'étais perdu dans mes pensées, si perdu que je ne pu entendre le froissement des draps, tellement perdu dans mon fort intérieur que je n'ai point remarquer sa présence jusqu'aux moments où sa voix ce fit entendre, surpris je fis volteface. Sous mes yeux une jeune femme s'était inclinée, les vêtements tâchés de sang, tremblant par moment et débitant un flot de parole insensé. Je ne serais pas dire quel l'heure il était, je n'avais plus la notion du temps, c'était comme si toute une éternité venait de s'écoulait. La pression, le stress cumulé se relâcher peu à peu, elle était saine et sauve et c'était en cet instant ce qui comptait le plus. Si important que la clope qu'elle tenait entre les doigts me parut futile, d'ailleurs c'était avec regret que j'observais mon paquet vide. Il a dû se passer des heures pour que j'en arrive à vider un paquet qui jusqu'alors était plein. Le silence se posait à nouveau, je ne savais pas que dire, j'étais bien trop... heureux de la voir enfin sur pied.

Tout semblait figé, comme si l'on venait d'appliquer de la peinture sur un tableau et immortalisé ce moment, moment qui franchement allait rester dans ma mémoire jusqu'aux restant de mes jours. Elle finit enfin par bouger, s'accoudant à la fenêtre. Mes yeux ce posèrent alors sur son visage dont les yeux semblaient hésiter à affronter mon regard. Une nouvelle fois elle s'excusa, de ma gorge un rire étouffé ce fit entendre et dans mes yeux empreint de tristesse et de joie se posèrent sur son visage. Je prenais son menton entre mes doigts et tourner son visage vers le mien, plongeant mon regard dans le sien, un sourire ce dessina sur mes lèvres...

- Je vais finir par croire que tu ne sais rien faire d'autre qu'essayais de mettre fin à tes jours et t'excuser ! Lorsque je t'ai retrouvé ce soir ce que j'ai pensé de toi était tout simplement ! « elle a tant changé » les traces de sang sur tes At's je m'en contre fiche, le fait que tu te lances dans un monde ou chaque nuit est synonyme de survie je m'en contre-fiche. Tout ce qui importe c'est que tu sois en vie. Je n'ai pas fait tant d'effort pour aujourd'hui te voir mourir sous mes yeux. T'es bien trop... importante à mes yeux.


Ma voix était douce et calme, je souhaitais le lui dire, la regarder en face et lui dire ce que je pensais, certes je n'avais pas tout dit, mais bon j'espère pouvoir le lui dire tôt ou tard, après toutes la vérité ma hanter si longtemps que maintenant cela passe inaperçu. Je relâchais son menton, bien que le désir ardent de rapprocher mes lèvres des siennes ce faisais sentir, mais comment allait-elle réagir, lorsque je lui annoncerais mes sentiments, allais-je devoir me taire pendant encore longtemps ? Ce n'était plus si simple de résister, désormais elle était si proche que je pouvais sentir son odeur camoufler dans celui du sang, je pouvais entendre les battements de son coeur et sentir sa présence, les temps avait changé, désormais je ne restais plus percher dans cet arbre à observer une jeune femme allonger sur un lit d'hôpital. Désormais, aucune fenêtre nous séparer et je l'avais à porter de bras. Les choses se compliquer je vivais un amour qui était peut-être a sens unique, mais qu'importe tout ce qui compte c'est qu'elle soit présente.

- Tu sais ! Lorsque je t'ai déposé dans cet hôpital je n'avais pas pu me résoudre a te laissais seule, lorsque je chaussais mes air trecks chaque jour c'était à toi que je pensais, avant même d'allai m'entraînait je faisais une halte à l'hosto et ceux par n'importe quel temps, troisième étage, un arbre se trouver devant ta fenêtre est au final sans m'en rendre compte je passais des heures a t'observer. Jusqu'aux jours où la chambre était vide et toi volatilisé dans la nature. Tu ne t'imagines pas comment tu as pu changer ma vision des choses. Et te revoir ce soir a été la surprise la plus total, t'avais disparu et comme sortie d'un rêve tu réapparais. C'est un film de science fictions ! Je crois rêver à cet instant même.

Je tournais et retournais entre mes doigts le briquet tout en me plongeant un peu plus dans ce moment de nostalgie. C'est fou ce que parfois dans le monde de la nuit les rencontres semble sortie d'un compte de fée, j'ai rencontré mainte femme, mais aucune n'était comme elle. Elle avait quelque chose que les autres n'avait pas et s'en était attachant, charmant ! Elle semblait m'envoûter moi le Roi Dragon j'aurais pu me plier à ses volontés sans broncher. Elle me faisait littéralement fondre, son regard me charmer, se toucher m'enflammer. J'avais pendant longtemps essayais de comprendre les sentiments que j'éprouvais pour elle, ce fut clair comme de l'eau de roche même si je n'arrivais pas à m'y faire. Oué, j'avais quelque difficulté à m'avouai que je l'aimais, c'était impensable rencontrer une jeune femme un beau jour et paf ! Je tombe amoureux. On croirait presque au compte de fée avec cette histoire. Manquerais plus un grand méchant et une petite musique en fond et paf ça deviens le film hollywoodien le plus vendu. Cependant, je n'étais pas acteur et c'était bel et bien la vie et je ne pourrais pas faire marche arrière lorsque les mots qui brûlent dans ma gorge ce seront échappés. Je n'étais pas résigné à le faire ce soir, mais je ne désirais pas repousser l'inévitable. Après ses mots tout pouvez arriver et je n'osais pas imaginé le cas ou tout s'écroule pour laissais place à une créature miniature qui se ferais un plaisir de me dévorer à petit feu. Je posais mon regard sur elle, peser le pour et le contre, essayais de trouver les mots juste où encore une manière de lui sortir à la fin « c'est une blague » le plus naturellement possible. C'est fou ça j'ai dansé avec la mort mainte fois sans hésitation et là devant une jeune femme fragile et convalescente j'éprouvais la plus grande des terreurs. J'avais envie de sortir par cette fenêtre et de filer pour ne jamais revenir. Mais cela était exclu, je n'avais pas attendu si longtemps pour au final esquiver le moment fatidique.

- Bon, je pense que je vais aller droit au but, une fois que j'aurais tout dit fais ce que tu souhaites je ne t'en voudrais pas. Voilà, depuis notre première rencontre, j'ai nourri pour toi des sentiments. Ça va te paraître idiot, mais depuis le premier jour je suis tombé amoureux de toi. Amy je t'aime et je tenais a te le dire.

Le regard rivé sur les lumières de la ville, cette fois c'était moi qui n'osais pas me soumettre aux flammes de son regard, je ne serais dire si mes joues avait pris cette teinte rouge synonyme d'embarras, mais une chose était sur, je devais avoir perdu tout crédibilité à ses yeux. Le briquet tourner follement entre mes doigts, le battement de mon coeur c'était intensifié et l'adrénaline dû au stress m'aurait donné assez de force pour ride jusqu'aux bouts du monde sans me retourner, avec ou sans elle. Une nouvelle fois le vent semblait vouloir emporter mes craintes, mais comme toujours c'était un échec évident. Il n'y avait qu'elle pour désormais annihiler mes craintes ou en faire un monstre qui me tuerais a petit feu. C'est fou ça, elle est celle que j'aime le plus, mais aussi celle que je crains le plus. L'amour a double tranchant, capable de vous rendre heureux et de vous faire souffrir et c'est peut-être le pire ennemie de l'homme.

Avec le temps je pensais avoir pâli les faille du coeur, mais je me rends compte aujourd'hui que ce n'était que pure idiotie. Qu'importe la douleur, qu'importe les blessures, au final il n'est parfois pas si mal d'avoir un coeur, bien quand cet instant il semble prêt a lâché a tout instant. Mais ce n'était vraiment pas si mal de se ressentir tel que l'amour. Bien que parfois les douleurs qu'il nous inflige font si mal que la mort nous paraît être un parfait remède. J'avais blindé mon coeur de Titane, mais il a suffit d'une rencontre pour totalement annihiler tous mes efforts et permettre à ce coeur de battre à nouveau. Mais ce soir il allait peut-être cesser où continuer de battre. Tout était entre ses mains, elle était maître de moi et devant elle je n'étais plus le dragon king, mais un môme en couche culotte. Les pièces de l'échiquier était placée et il ne restait désormais que la reine sur le champ de bataille, quel serais sa réponse ? Quel serait mon avenir ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://airgear-resurection.actifforum.com
Amy Haishin
Thunder Queen

avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : J'aimerais être avec lui...
Road : Thunder Road

MessageSujet: Re: Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]   Sam 2 Mai - 0:12

Quand on désire vraiment être aimer, on est prêt à tout... Quand on pensent que l'on ne risque pas de trouver quelqu'un qui nous correspond, on perd espoir... Amy avait longtemps pensé qu'elle n'aimerait personnes et que personnes ne pourait l'aimée... Sans aucun souvenirs, sans rien... Dans le passé, peut être qu'elle avait aimé quelqu'un, quelqu'un l'avait peut être apprécié et plus encore... Tout de manière, cela était oublier, ce n'était que le "passé". Maintenant elle doit vivre dans le présent et que pour une seule personnes... Cet être qui l'avait aidé tellement de fois, rien qu'en pensant a lui Amy retrouvait le sourire, un sourire maladroit mais sincère... La jeune demoiselle, de ses yeux vairons, regardent dehors. Sa cigarette est finis maintenant... Elle avait fuis le regard du jeune homme. C'était vrai... Elle avait peur des représailles et des pensées qu'il aurait put avoir envers elle... Lui en voudrait il ? La rejeterait il ? Amy ne peux regarder Ryu, elle n'ose plus... La réalité lui fais mal. Elle preffère largement rêver...

Rêver d'être à côté de lui, tout simplement. Être son bouclier et le servir... Il ne sait pas qui elle est devenue ? Son surnom n'avait dut lui être donné... La thunder Queen ferme les yeux... Elle devait faire le vide dans sa tête. Pourtant quelque chose lui soulève le menton, c'était les doigts de Ryû, de manière délicate il tourna le visage de Amy vers lui. Elle n'avait rien eu le temps de voir. Son regard peureux rencontra alors celui de Ryû, plus assuré et plus fort... Avec lui, elle n'avait peur de rien. La jeune femme reste surprise, Ryû prend alors la parole.

- Je vais finir par croire que tu ne sais rien faire d'autre qu'essayais de mettre fin à tes jours et t'excuser ! Lorsque je t'ai retrouvé ce soir ce que j'ai pensé de toi était tout simplement ! « elle a tant changé » les traces de sang sur tes At's je m'en contre fiche, le fait que tu te lances dans un monde ou chaque nuit est synonyme de survie je m'en contre-fiche. Tout ce qui importe c'est que tu sois en vie. Je n'ai pas fait tant d'effort pour aujourd'hui te voir mourir sous mes yeux. T'es bien trop... importante à mes yeux.

Amy à du mal à respirer. Son rythme cardiaque s'axélère. Elle aurait eu envie de reculer et de ce cacher derrière son mit ou s'enfuir mais elle ne pouvait pas. Si elle partait, elle aurait de nouveau peur... Elle n'aurait plus cette impression d'être réconforter.. Ryû lui apportait tellement de sensations inconnue. La dernière qu'elle avait eux devait être l'embarra... Sa phrase l'avait perturbé et géné, a un tel point qu'elle en était devenue rouge pivoine... Elle recule alors un peu puis elle cache son visage derrière ses longs cheveux noir... Elle entend encore la voix de Ryu...

- Tu sais ! Lorsque je t'ai déposé dans cet hôpital je n'avais pas pu me résoudre a te laissais seule, lorsque je chaussais mes air trecks chaque jour c'était à toi que je pensais, avant même d'allai m'entraînait je faisais une halte à l'hosto et ceux par n'importe quel temps, troisième étage, un arbre se trouver devant ta fenêtre est au final sans m'en rendre compte je passais des heures a t'observer. Jusqu'aux jours où la chambre était vide et toi volatilisé dans la nature. Tu ne t'imagines pas comment tu as pu changer ma vision des choses. Et te revoir ce soir a été la surprise la plus total, t'avais disparu et comme sortie d'un rêve tu réapparais. C'est un film de science fictions ! Je crois rêver à cet instant même.

Elle ne sait plus du tout où elle en est... Pourquoi son organe vitale appelé " coeur " bat il aussi vite en la présence de ce jeune homme ? Pourquoi les moindres gestes de celui ci la font elle frissonée ? Pourquoi sa voix la fait elle craquer ? Tant de questions auquelles elle ne trouvait pas de réponces... La jeune demoiselle ne peux plus rien dire, elle ne trouve pas de mots... Les révélations de Ryû la perturbe, la gêne... Elle a les yeux grand ouvert et ne peux vraiment rien répliquer... Ryu lui paraissait nerveux, géné... Hésitait il a lui dire quelque chose ? Voulait il s'énnerver ? Amy s'approche mais elle hésite à le toucher... Elle ne peux que le regarder impuissante et appeuré... Il allait reprendre la parole encore une fois. Amy le vois, devant elle... Sa douce voix atteint les oreilles de la jeune fille...

- Bon, je pense que je vais aller droit au but, une fois que j'aurais tout dit fais ce que tu souhaites je ne t'en voudrais pas. Voilà, depuis notre première rencontre, j'ai nourri pour toi des sentiments. Ça va te paraître idiot, mais depuis le premier jour je suis tombé amoureux de toi. Amy je t'aime et je tenais a te le dire.

Avoir la sensations d'être utile... Amy ne comprend rien, tout ce trouble, tout devient noir. Sa respiration ce fait difficile, ses genoux tremble, elle à l'impression de ce noyer, de suffoquer... Son coeur bat plus vite et il lui fait mal. Ryû semblait sérieux en ayant dit la phrase qui déchira encore plus le silence... Amy ne pouvait y croire... C'était impossible, il ne pouvait avoir dit ce qu'elle pensait. Il l'aimait ? Amy n'arrive pas à réalisé ni a comprendre. C'était impossible. Il avait dit cela sur un coup de tête, c'était évident ! Elle ne pouvait être aimé et surtout pas par cette homme la... Ses yeux tremble comme tout le reste de son corps... Il l'avait observer pendant son long séjour a l'hopital ? C'était donc lui "l'ombre" qu'elle ne pouvait distinguer sur cette arbre ? Elle ne comprend plus rien... Elle devrait être heureuse... Quelque chose coule de ses yeux vairons, quelques chose de chaud... Des larmes ? Elle tremble comme une feuille sans pouvoir bouger. Elle ne sait pas du tout ce qui lui arrive, cela était la première fois que sa lui arrivait. Elle n'avait vécue cette sensations qu'avec lui. Pourquoi lui paraissait il aussi imposant ? Pourquoi avait elle si peur de le perdre ? Elle ne comprenait pas mais une chose était sur, elle l'admirait. Elle à besoin de lui... Personnes ne l'avait autant soutenu à par sa deuxième moitié... Qu'est ce qu'elle doit dire ? Que peut elle lui répondre ? La jeune demoiselle ferme les yeux, ses larmes coulent toujours... Elle vas devoir dire la vérité... Ses yeux contemplent le moindre fais et geste du jeune homme. Les mots dépasse sa pensées. Elle veut lui dire ce qu'elle ressent. En a elle le droit ? Peut elle être avec lui ? La jeune fille approche Ryu puis dans le mouvement de main qu'il entreprend, elle lui attrape et la sert entre les siennes, tremblante... Elle lui dit alors tout en souriant et en pleurant...

" Si tu savais... Je n'aurais jamais pensé que tu dirais les mots que j'ai envie d'entendre... Tu... Je... Je ne... "

Ses pensées ce bouscule, elle pleure de plus en plus et pour une fois Mya ne sort pas... La jeune fille baisse la tête puis avançe pour posé cette dernière sur l'épaule de Ryu. Elle n'arrive plus à dire quoi que se soit, juste a pleurer... Elle est triste mais aussi heureuse... Elle ne ce comprend pas. Elle n'arrive pas a dire ce qu'elle veut lui dire. Sa voix avait commencer à trembler dés qu'elle avait prit la parole. Elle n'osait plus parler, puis de toute façon il avait sans doute compris ce qu'elle ressentait... Elle l'avait pourchassé et chercher pendant tellement longtemps. Si il ne comprenait pas c'est vraiment qu'il était con... La jeune fille décole sa tête de l'épaule de Ryû puis elle se penche vers lui pour déposé ses douce lèvres sur celles du jeune homme, elle ne ce comprend pas, elle ne sait pas ce qu'elle fait, juste qu'elle en avait vraiment envie... Elle romp petit a petit ce doux moment puis regarde le jeune homme de ses yeux baignées de larmes... Elle était désemparée...

_________________


Evite moi si tu tiens à la vie... Mya est beaucoup moins patiente que moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryu Nagashi
Dragon King

avatar

Nombre de messages : 133
Localisation : Dans les méandres de la nuit !
Road : Dragon road

MessageSujet: Re: Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]   Mar 5 Mai - 20:36

C'était un rêve des plus parfait et si s'en était pas un alors je crois bien que ma vie venait de prendre un tournant des plus inattendu, j'avais rêvé de ce jour durant bien trop longtemps et désormais tout ce que je pouvais faire c'était savouré la douceur de ses lèvres. Je n'aurais jamais imaginé cela, le simple fait de l'avoir là devant moi était un miracle et voilà que ses lèvres fines se pose sur les miennes donnant réponse à mes sentiments. Peu à peu elle se détache et mes yeux ce pose sur une jeune femme au visage tâché de larme et désemparer, j'hésite, ne sais pas quoi dire ni faire, d'une main hésitante j'efface les gouttes cristalline qui s'y trouve, je lui souris, mais ne trouve toujours rien à lui dire, je l'observe et ne sais plus quoi faire et dans éclair d'inspiration la sert dans mes bras. Non pas une simple étreinte, mais une camisole de force dans laquelle je lui montrais mes craintes, je ne voulais là voir partir, la voir se séparer de moi. L'amour rend égoïste, c'est peut-être la vérité, mais dans ce cas j'irais jusqu'aux bouts de l'égoïsme pour savourer chaque heure, chaque seconde passer avec elle. Je ne pouvais désormais plus imaginé un jour sans lui parler, sans me rapprocher d'elle et sentir sa chaleur réchauffer ce coeur de glace qu'est le mien.

Ma gorge brûlait, c'était comme si les flammes de mes régalias remonter le long mon corps pour venir ce nicher dans mes cordes vocal et brulé chaque parole insensé que je pourrais dire en cet instant. Je préférais me taire après tous les mots restent de simples paroles alors que les actes elle... J'avais beau dire cela devant-elle j'étais impuissant je ne savais pas quoi lui répondre ni même comment réagir, j'étais comme bridé lorsque son regard se poser sur moi, je baisse m'a garde et près d'elle je n'étais plus le Dragon king, mais Ryu Nagashi, jeune homme de 18 ans qui cherché un peu de réconfort et la lumière qui le mènerais vers la surface, l'obscurité devait trop oppressant, il était peut-être temps pour moi de sortir la tête de l'eau, mais seul, je suis un incapable, sans elle je me perds, sans elle je tombe plus bas que terre, sans elle la vie n'a plus de sens, sans elle je me meurs.

- Reste avec moi ! Je t'en prie ne me quitte plus !


J'avais trouvé mes mots, les seuls est unique qui ont pu traverser la barrière qu'était devenu mes cordes vocal. Ma voix était teinté de peur, j'avais peur de la perdre. Je ne voulais qu'une chose la garder près de moi. J'étais prêt a tout pour cela, renoncer à ma couronne, remuer ciel et terre, remanié le système solaire, je ferais tout juste pour passer une seconde de plus avec elle ou même figé le temps. Cependant, tout ce que j'étais capable de faire en cet instant était là serré dans mes bras et espérer ne jamais plus la perdre. Encore une fois ce rêve me semble bien trop réaliste pour n'être qu'une vision de mon subconscient, je suis belle et bien avec la femme de mes rêves, je serre bel et bien dans mes bras la femme dont je suis fou amoureux, je tiens bel et bien entre mes bras une perle qui valait bien plus que tout l'or de ce monde. J'aurais beau me pincer maintenant fois, je ne me réveillerais pas, c'était la réalité.

Pour la première fois je me sentais vivre, j'avais envie une raison de vivre et une personne a aimé. J'ai mis du temps avant de me rendre compte de mes sentiments et je ne regrette en rien le fait de le lui avoir dit, ce sentiment, cette sensation, c'est si bon que cela en deviendrais une drogue. Certes l'amour est à double tranchant, la personne que vous aimez peu en une simple seconde tous brisé, mais c'est ce que l'ont va appelé les risques, je ne désire plus rester sur le bas côté de l'autoroute, je préfère prendre des risques et vivre à 300 à l'heure et ne plus pensé à la douleur, sinon je crois bien que je ne sortirais jamais la tête de l'eau.

Une tempête c'était levé détruisant sur son passage mes entraves, un ange viens d'apparaitre, tombé du ciel pour venir éclaircir mon obscurité. Mes yeux ne voie plus qu'elle, je ne pense plus cas elle, je ne peu vivre sans elle. Son regard m'envoûte, sa beauté m'ensorcelle, ses lèvres m'appellent. J'observe un ange et ne peu résisté à son appel, le désir de la prendre dans mes bras est si oppressant que je ne résiste pas, le désir de la faire mienne est si accablant que je ne peu résisté. Sous le feu de son regard tout deviens possible, la vie deviens plausible.

- Mon égoïsme me tueras un jour, Amy que désir tu le plus en cet instant ?

Je relâche mon étreint et m'empare de sa main et la caresse lentement, le regard poser sur le visage de la jeune femme, un fin sourire sur les lèvres. Un rayon lumineux attire mon attention, je tourne la tête et découvre un point lumineux qui se dessine peu à peu derrière la ville de Tokyo. Le jour se lève, chassant le voile noir à la poussière de diamant pour laisser place au voile bleu parsemé de coton. Une douce brise s'engouffre dans la pièce. Ma fatigue ce fait sentir trois nuits sans dormir, si elle n'était pas là près de moi je crois bien que j'aurais succomber au sommeille, mais l'heure n'est pas à la somnolence, je ne désirais plus fermer les yeux, j'avais désormais un trésor à protéger. Un bon croisant chaud, un bol de café au lait et un lit bien chaud, c'était peut-être ce que je désirais le plus après Amy. Au loin le son du train train quotidien de Tokyo commence à se faire entendre, au rez-de-chaussé une radio entonne un air entrainant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://airgear-resurection.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la vie nous abandonne [ Ryu Nagashi ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la vie nous sépare (pour Jean-Charles)
» Quand la nature nous sourit (canon 450D)
» Comptine du soleil
» THÉODORE ET SES 13 FANTÔMES (Tome 4) de Claude Carré
» Bretagne... quand tu nous tiens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde de la nuit :: Manhattan :: Gratte ciel-
Sauter vers: